Le produit a été ajouté à votre panier
Bienvenue!   

Cibler les préoccupations des PME quant à leur tolérance aux menaces.

Le succès dans le secteur des services de cyber-sécurité tient dans la capacité à adresser les questions et les préoccupations des PME concernant leur tolérance aux menaces informatiques.

Alors que les petites et moyennes entreprises sont la principale cible des cybercriminels et que 60% des PME ayant connu une infection majeure cessent leurs activités au bout de 6 mois, l’évolution rapide des menaces et leurs ressources souvent limitées les poussent à faire appel à un prestataire extérieur pour protéger leurs entreprises. Cette protection peut prendre la forme d’une évaluation des risques et des besoins, une surveillance du réseau, la mise en place de sauvegardes ou de solutions de reprise d’activité après un sinistre. Cependant, une façon de se démarquer de la concurrence, pour les prestataires de service, est de se concentrer sur la tolérance des entreprises aux risques et ainsi personnaliser vos offres à leurs besoins individuels.

La tolérance au risque – la capacité d’accepter ou d’absorber le risque – variera d’une entreprise à l’autre, mais avec un taux de survie de seulement 40% après une cyberattaque majeure et un taux de cyberattaques qui grimpe en flèche, il y a fort à parier que le niveau de tolérance au risque est aussi en train d’évoluer dans les entreprises.

Catégorisation des cyber-risques dans les entreprises.

Ainsi, les cyber-risques - l'exposition aux dommages ou aux pertes résultant de brèches ou d'attaques contre les actifs informatiques d'une PME - constituent la nouvelle réalité. Ils peuvent être répartis en quatre catégories:

- Actes malveillants internes - actes délibérés de sabotage, de vol ou d'autres manquements commis par des employés et d'autres personnes internes à la société.
- Actes interne involontaire - actes conduisant à des dommages ou des pertes résultant d'erreurs humaines commises par des employés et d'autres personnes internes à la société.
- Attaques externes malveillantes et préméditées par des parties extérieures, y compris des entreprises criminelles ou des hackers.
- Attaques externe non intentionnel - ils causent des pertes ou des dommages aux entreprises, mais ne sont pas délibérés, par exemple les catastrophes naturelles.

Conséquences d’une cyberattaques.

L’identification de la tolérance au risque d’une entreprise commence par la compréhension des conséquences d’une cyberattaques : quelles informations et ressources sont considérées comme critiques ; combien de temps l’entreprise peut-elle survivre à la perte de ces données et ressources ou à des perturbations de ces données et ressources ?
Cela nécessite de :

- Identifier et prioriser leurs informations.
- Evaluer le coût des pertes potentielles / coût de la protection de ces données.
- Déterminer des protections appropriées pour ces données.
- Mettre en place des politiques, des procédures et des pratiques exemplaires de l’utilisation du matériel informatique.


Vous ne pouvez pas éliminer le cyber-risque, mais vous pouvez le gérer de sorte que les actifs informatiques essentiels d'un client soient mieux protégés. La gestion du risque cybernétique est un équilibre entre trop peu et trop de protection: trop peu et ils sont plus vulnérables; Trop et ils sont moins flexibles pour faire face aux occasions d'affaires et aux défis.

Une cybersécurité efficace est un processus continu qui implique un mélange interdépendant de personnes, de processus et de produits, mais qui commence par déterminer quelles données et ressources sont essentielles à l'activité du client. Baser votre approche sur la personnalisation de vos offres en fonction des besoins de vos clients et de leur tolérance aux risques est une approche gagnante pour les prestataires de services en cybersécurité.

Lire les autres articles du blog Avast

Devenir revendeur AVAST